Vous êtes ici : Accueil > Actualités > La perle et le diamant, deux joyaux pour plonger en martinique

La Perle et le Diamant, deux joyaux pour plonger en Martinique

Mercredi 24 février 2016 à 07h02
Par Nautisme.com

Des 48 îlets entourant la Martinique, La Perle et le Rocher du Diamant sont les deux emblèmes de sa côte ouest – « la côte sous le vent ». À quelques encablures du rivage, deux sites incontournables pour tous les amateurs de plongée sous-marine, à explorer sans modération.

Anse Couleuvre - sous licence creative Jean & Nathalie
C’est la haute saison en Martinique et dans toutes les Antilles, le temps du Carême. Les cyclones ne menacent plus, la mer est calme et accueillante, le soleil généreux sans être écrasant, et grâce au flux d’alizé, régulier et soutenu à cette période, l’atmosphère se fait plus "légère", moins étouffante et humide. L’eau est à 27 °C, les températures maximales extérieures sont comprises entre 28 °C à 30 °C ; les quelques averses qui se produisent essentiellement en fin de nuit rafraîchissent simplement.
Beaucoup de « métro » plébiscite la Martinique pour plonger au cœur de l’hiver. Ils seront sans doute plus nombreux encore cette année : si les conditions météo sont idéales, celles de sécurité aussi.

Sentinelles de la côte caraïbe

L’îlet La Perle et le Rocher du Diamant sont deux sites emblématiques de la plongée en Martinique : les deux dômes volcaniques émergent à quelques centaines de mètres de la côte caraïbe, le premier au nord, dans le canal de La Dominique, le second au sud, dans le canal de Sainte-Lucie. Ils sont inhabités et laissés aux oiseaux, interdits de débarquement et de mouillage en dehors des bouées réservées. Soumis aux courants, ils agrègent surtout pour le plongeur une belle faune pélagique et offrent des parois investies de vie sur plusieurs dizaines de mètres de profondeur.

La Perle du Nord

L’îlet La Perle reste peu fréquenté et ce n’est pas sans charme. C’est le site de plongée le plus au nord de la Martinique. Il se dresse à 800 m au large de l’anse Couleuvre, dans l’une des régions les plus sauvages de l’île. L’îlet fait partie intégrante de la Réserve marine Le Prêcheur - Albert Falco classée en 2014. Plusieurs espèces protégées d’oiseaux marins trouvent abri sur ce roc de 0,32 ha, comme la sterne à collier, le noddi brun ou le fou brun. Sous l’eau, c’est le royaume des poissons, les pélagiques et poissons de grande taille sont là (thazards, marlins, barracudas, carangues, qui peuvent se rassembler en bancs très importants) comme les espèces plus communes mais non moins charmantes de la faune tropicale (fusiliers, perroquets, soldats, diodons, chirurgiens, anges…). Tortues vertes et imbriquées sont régulièrement observées autour du caillou. Parmi la faune fixée, les éponges dominent.

La pierre aux multiples reflets

Le Rocher du Diamant est plus éloigné, il émerge à environ 2 km de la côte, face à la petite commune du même nom. Haut de 175 m, d’un diamètre de 300 m : le piton en impose dans tout le sud. Témoignage de l’âpre combat qui opposa la France à l’Angleterre au début du XIXe siècle et des guerres napoléoniennes (la marine anglaise y installera une base pendant plus d’un an, avec une centaine d’hommes, plusieurs canons hissés à son sommet, des élevages de chèvres, pintades et poules !), aujourd’hui patrimoine naturel sous la bienveillance du Conservatoire du Littoral. Lui aussi est un refuge pour les oiseaux marins (près d’un millier le fréquenterait, dont 300 couples nicheurs), il abriterait également les dernières couresse de Martinique (petite couleuvre endémique de l’île). Sous l’eau, la géologie du site offre de multiples plongées dans une vingtaine de mètres, donc accessibles aux débutants, alternant tombants, platier, arche et faille sous-marines ; les parois du rocher plongeant bien plus en profondeur par ailleurs, jusqu’à 40 m, voire 60 m selon la face abordée. Partout, éponges, gorgones, anémones, coraux durs colonisent la roche ; dans ce décor les petits poissons tropicaux foisonnent, les crustacés investissent les crevasses, et les prédateurs rodent. Régulièrement aussi, les tortues émerveillent les plongeurs.

Plus d’informations auprès du Comité martiniquais du tourisme sur www.martinique.org

A lire aussi :
La Martinique : une invitation à la plongée
La Martinique, 29°C à l’ombre…

À voir aussi